5G : débit, fonctionnement, date de déploiement…

5G : débit, fonctionnement, date de déploiement…

La 5G, c’est pour bientôt !
Le régulateur des télécoms vient de donner de nouvelles infos concernant essentiellement le déploiement du réseau 5G, la cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile, qui, normalement, sera disponible en mai 2020. Ce dernier vient de confirmer que les cinq grands opérateurs télécoms français – Free mobile, SFR, Paritel, Orange, Bouygues Telecom – sont évidemment candidats pour obtenir de fréquences sur la bande 4. 2 – 4. 8 GHz.

La course vers la 5G a débuté en juillet 2018, avec la mise en place du cadre IMT-2020 de l’UIT. Le but général de l’Union Internationale des Télécommunications était donc de répondre aux ‘nouvelles demandes, telles que l’augmentation du nombre d’appareils, l’augmentation du volume de trafic, l’émergence d’une meilleure accessibilité financière et d’une meilleure qualité d’expérience en réduisant davantage les coûts’.

Selon Houlin Zhao, le président de l’Union Internationale des Télécommunications, la 5G, au regard de ses capacités décuplées, concernera particulièrement les professionnels. Le cahier des charges pour l’obtention des fréquences 5G, attendu depuis plus de trois mois, a finalement été dévoilé ce vendredi 13 mars 2020 par le gendarme des télécoms. Des objectifs de déploiement très ambitieux ont été déjà fixés pour la 5G, aux niveaux européen et français. “La 5G sera un élément clé de la transformation de l’économie et de la société”, ajoute le président-directeur général du groupe ‘Paritel’, Jean-Philippe Bosnet.

Grandes questions à examiner !

– Bancs d’essai 5G : les acteurs du marché pourront envisager d’encourager les bancs d’essai et les essais pilotes afin de promouvoir la participation du secteur et de tester les nouvelles technologies 5G et leurs cas d’utilisation. – Accords de servitude : les acteurs du marché pourront négocier des accords de servitude (droit de passage) normalisés afin de réduire les délais et le coût de déploiement des réseaux hertziens et des réseaux FTTH.

– Coûts d’accès : l’Arcep (le gendarme des télécoms) et les grands opérateurs télécoms français pourront envisager de faire en sorte que des frais raisonnables soient facturés lors du déploiement de la 5G.
– Accès et partage des infrastructures passives : le régulateur des télécoms pourra envisager l’accès à des infrastructures publiques comme les feux de circulation, les lampadaires ou les poteaux électriques, pour que les acteurs du secteur aient les droits leur permettant de mettre des appareils.
– Raccordement hertzien : pour le raccordement 5G vers l’arrière, les acteurs du marché pourront envisager d’utiliser un éventail de technologies hertziennes, outre les réseaux FTTH.