Les candidats aux élections municipales mise sur la sécurité de leur commune

Les candidats aux élections municipales mise sur la sécurité de leur commune

Avec l’arrivée imminente des municipales en France, les candidats en cours aux mairies présentent leurs arguments afin de séduire les électeurs des différentes communes. Alors certaines villes assument la présence de système de vidéosurveillance, d’autres pourraient faire face aux débats et critiques.

Faut-il installer des caméras de vidéo-protection afin d’assurer la sécurité des français ?

Alors que plusieurs candidats à la municipale s’approprient le sujet de l’installation des caméras de vidéosurveillance afin d’assurer la protection de ses riverains, plusieurs associations de défense des droits humains ainsi que certains français ont affirmé qu’ils ne sont pas rétifs à ce type de projet. Toutefois, les questions qui se posent concernent essentiellement l’usage ultérieur des différentes informations qui ont été collectées par les caméras de vidéosurveillance.

Afin d’en savoir plus, nous avons contacté le responsable de la fédération Nord de la Ligue des droits de l’Homme, qui a affirmé de l’utilisation massive des caméras ces derniers mois dans les rues vise essentiellement la protection des villes. D’après l’opérateur Paritel, qui assure l’installation des vidéosurveillances pour les professionnels, les caméras installés dans les rues sont dotées de fonctionnalités performantes comme la vision nocturne, sous la pluie, détection de mouvements et d’un Zoom HD, ainsi qu’un traitement intelligent de l’image.

Le cas de la ville de Valence

Au niveau de la ville de Valence, l’association assure que l’ancien maire de la ville a passé un accord durant 2017 avec la société de télécommunication chinoise Huawei, afin de réaliser des installations de différents dispositifs.

En effet, la société chinoise a voulu faire de Valence une vitrine de la « safe city », en disséminant plus de 217 caméras.
Néanmoins, les questions qu’il faut se poser est-ce la ville a pensé à mettre en place un comité d’éthique ? Et si oui, est-ce que les images enregistrées par les caméras sont-elles visionnées par un centre de supervision ? Quelle est la durée de conservations des différentes images ? Est-ce que ces caméras sont soumises à un système de la reconnaissance faciale ?
Selon les services de la mairie n’a pas accepté à répondre à ses questions, toutefois, elles ont assuré que la ville de valence dispose d’un comité d’éthique qui est présidé par le président du tribunal d’instance pour tenir à respecter les droits et les libertés des individus. Selon Paritel, l’opérateur de communication qui assure l’installation des caméras de vidéosurveillance, il est difficile que le comité siège très régulièrement.