‘‘ Je suis innocent ’’, les confessions inédites de l’islamologue suisse

‘‘ Je suis innocent ’’, les confessions inédites de l’islamologue suisse

Une riposte expresse !

Après être accusé d’acte immoral à la suite de deux plaintes de femmes en France, le théologien suisse, Tariq Ramadan, a directement riposté pour contester ces révélations menées contre lui.
Le 27 novembre dernier, il était apparu face caméra dans une vidéo mise en ligne par le site d’information communautaire ‘‘ Le MuslimPost ’’. Dans cet enregistrement, il s’était livré au public en remontant au début de l’enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris en octobre dernier.

‘‘ Je suis innocent ’’


Dans son discours, le théologien dénonce un mouvement de ‘‘ lynchage médiatico-politique ’’, par lequel il est visé en France, en Suisse et en Belgique. Il clame par la suite son innocence.
La vidéo effectuée à l’aide d’un smartphone et qui ne dépasse pas une dizaine de minutes, a été enregistrée dans sa demeure à Londres, a confirmé une source proche du site ‘‘ Le MuslimPost ’’.

Non pas ‘‘ un complot ’’ mais ‘‘ une aubaine ’’

Suite aux récentes révélations d’accusations d’agressions, la première réaction du professeur Ramadan, était de dire qu’il ne croyait pas à l’hypothèse d’un complot, mais plutôt d’une ‘‘ campagne de calomnie ’’ lancée par ses détracteurs. Il s’en prend par ailleurs à certains politologues comme Gilles Kepel, aux paparazzis Maamer Metmati et Jean-Claude Elfassi et à la presse média en général.
Il reproche à ses ‘‘ ennemis de toujours ’’ d’avoir exploité le terrain propice, après s’être exprimé sur une affaire similaire aux Etats-Unis, celle du producteur de cinéma Harvey Weinstein. ‘‘ Une aubaine exceptionnelle pour le finir ’’.
‘‘ Ils veulent détruire l’image et la réputation de l’arabo-musulman intellectuel, indique l’un de ses partisans ’’.

Il s’insurge contre son accusatrice

Tariq Ramadan se révolte également contre sa première accusatrice, Henda Ayari, une ancienne salafiste convertie en une militante féministe.
En effet, il s’insurge contre la diversité et l’incohérence des témoignages que cette dernière aurait déposé, sans que les enquêteurs judiciaires ou la presse ne songent à examiner avec rigueur et sérieux sa crédibilité.

La défense porte plainte à son tour

Par ailleurs, la défense du théologien a déposé début novembre 2017, une plainte auprès de la Cour de Paris, pour subornation de témoin, en citant nommément l’essayiste française, Caroline Fourest. Rappelons que cette dernière mène depuis de longues années une guerre contre les idées et convictions de l’islamologue suisse. Selon des sources proches du dossier, elle aurait avouait dans les médias, être en contact régulier avec Henda Ayari et la seconde plaignante quadragénaire présentée sous le pseudonyme de ‘‘ Christelle ’’. Les avocats ont réclamé l’ouverture d’une enquête soupçonnant d’éventuelles collusions. Ils ont ainsi demandé une nouvelle investigation ciblant les propos de l’essayiste.

La vidéo en question constitue la seule prise de parole sur cette affaire, un document que la presse n’en a eu connaissance que depuis peu.

Mis en examen, le théologien de renom, est toujours enfermé depuis début février dans une cellule à l’isolement dans la prison de Fleury-Mérogis en Essonne.