Stress et adaptation

           Stress et adaptation

 

Le degré de stress subi est fonction du rapport existant entre ce qui est en jeu et les ressources permettant de faire face à la situation (une sorte d’analyse risques-avantages).

La personne peut avoir en mémoire une information relative à un problème d’adaptation antérieur, de sorte qu’elle n’a pas besoin de reprendre tout le processus lorsqu’elle rencontre de nouveau une situation semblable.

  Processus d’évaluation :

Le processus d’évaluation donne souvent naissance à une émotion.

Des émotions négatives, comme la peur et la colère, accompagnent l’évaluation d’une perte ou d’un préjudice, et des émotions positives accompagnent l’évaluation d’un obstacle à vaincre.

Outre, la composante subjective (sensation) qui l’accompagne, chaque émotion engendre une certaine réaction.

Par exemple, les étudiants mal préparés peuvent se sentir menacés lorsqu’un contrôle imprévu survient dans une classe ; ils éprouveront de la peur, de la colère et de la rancune, qu’ils manifesteront par des comportements ou des commentaires hostiles.

Lazarus a intégré ses premières idées sur le stress, l’évaluation cognitive et l’adaptation dans un modèle plus complexe, qui fait le lien entre l’émotion et l’adaptation.

Il a donné à ce modèle le nom de “théorie cognitive, motivationnelle et relationnelle, où le terme relationnelle “représente l’importance accordée à la négociation avec le monde physique et social”.

Il a proposé cette théorie de l’émotion pour établir un lien entre la psychologie, la physiologie et la sociologie” : “plus que tout autre champ de la pensée psychologique, l’émotion est une notion intégrante, organismique qui subsume en elle-même le stress psychologique et l’adaptation, et unifie motivation, cognition et adaptation en une configuration complexe”.

  Adaptation à l’événement stressant :

L’adaptation exige des efforts d’ordre cognitif et comportemental permettant à la personne de faire face à des contraintes internes ou externes particulières, qui mettent à l’épreuve ses ressources.

L’adaptation peut être axée soit sur une émotion, soit sur un problème : dans le premier cas, elle vise à améliorer le bien-être en soulageant sa détresse ; dans le second, elle tend à modifier directement le milieu afin que la situation puisse être résolue plus efficacement.

On retrouve habituellement ces deux types d’adaptation dans une situation stressante.

Même si elle est considérée comme stimulante ou favorable, la situation exige parfois des efforts d’adaptation visant à cultiver et à soutenir le défi.

C’est-à-dire à préserver ses bienfaits et à écarter toute menace.

Dans une situation nuisible ou menaçante, l’adaptation a pour but d’atténuer ou d’éliminer la source de stress et de faire disparaître l’émotion qu’elle a suscité.

Selon un conseiller de Filiassur assurances, l’évaluation et l’adaptation dépendent de caractéristiques internes telles que la santé, l’énergie, les systèmes de croyances personnels, les engagements ou les projets de vie, l’estime de soi, la maîtrise de soi, la maîtrise de la situation, le savoir, les habiletés en matière de résolution de problème et les aptitudes sociales.

Sur le site de Filiassur assurance vous allez trouver des méthodes efficaces pour se détendre.